En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales En savoir plus

OK, tout accepter
Chaîne de cou en Maille Forçat 55 cm
Chaîne de cou en Maille Forçat 55 cm Chaîne de cou en Maille Forçat 55 cm Chaîne de cou en Maille Forçat 55 cm Chaîne de cou en Maille Forçat 55 cm

Chaîne de cou en Maille Forçat 55 cm

Cha003

Parfait / très bon

Or 750°/00 (18 carats)

Poinçon

Poids : 5,52 gr

Épaisseur : 1,5 mm

Fermoir : anneau-ressort

Belle chaîne en maille forçat d’une longueur de 55 cm.

Féminine ou masculine, la maille forçat très en vogue dans les Antilles aux 18ème et 19ème siècles, est indémodable.

Pour garantir la solidité de la chaîne, il est conseillé qu’elle soit d’un grammage supérieur ou égal au poids du pendentif qu’elle devra supporter. Si la chaîne est plus légère, le risque qu’elle ne se casse est réel.

 

Bijou ancien d’origine.

Parfait état.

276€

La chaîne, le bijou utilitaire par excellence

Le 19ème siècle est le siècle de la chaîne. Sous le second Empire, qu’elle soit d’or, d’argent, en métal de moindre qualité, la chaîne s’utilise aussi bien en colliers, qu’en bracelet, qu’en support de montre, de clef, de cachet, de médaille, de pendentif et autres breloques, de lorgnon voire même de flacon de parfum !

L’engouement pour la chaîne a donné naissance à une véritable industrie de la chaîne, et contribue à sa diversité et à la surenchère d’ornementation dont elle bénéficie. La Léontine par exemple, en est un bel exemple. Du nom d’une célèbre actrice de la Gaité, Longue chaîne ornementale qui tient à la fois du collier et du crochet de ceinture, elle portait la moindre, ainsi que la clef de la montre (très souvent sertie de pierres fines), et parfois un petit porte-monnaie en maille d’or ou d’argent. La Léontine, souple cordon d’or, est accrochée au décolleté du corsage au moyen d’une petite broche ronde et plate très souvent sertie de pierres fines. Cette chaîne tenait son nom de Mlle Léontine, actrice très célèbre du Théâtre de la Gaité, qui triomphait chaque soir, dans la pièce La Grâce de Dieu, pièce en cinq actes (mêlé de chant) joué de 1841 à 1872 !

Il y eut aussi la chaîne Eugénie, à l’imitation de celle que l’impératrice Eugénie avait porté e, 1866 pour un bal au ministère de la Marine. Créée par les joailliers Alfred, Frédéric et Charles Bapst, elle se composait de 32 maillons, entièrement composés de 832 brillants portant à chaque extrémité une broche. La princesse Mathilde (cousine de l’Empereur) eut aussi sa chaîne, ainsi que la Princesse Clotilde de Savoie (belle-sœur de la Princesse Mathilde et cousine par alliance de Napoléon III). Ces chaînes eurent une prospérité relativement courte à l’inverse de la Châtelaine, apparue dès la fin du 17ème siècle. Offerte au moment du mariage, elle permettait à la femme de suspendre les objets de couture dont elle avait besoin : ciseaux, petits étuis contenant le fils, les aiguilles… Elle s’accroche à la ceinture au moyen d’un large crochet décoré et se compose de plaques ornementales reliées entre elles et porteuse de pendeloques (lorsqu’elles sont destinées à une clientèle bourgeoise). On lui adjoignait bien souvent une montre. Cependant, quand sous le Premier Empire, la mode féminine fait remonter la ceinture sous la poitrine, la chatelaine disparait. Elle revient au goût du jour à partir de 1820, et son engouement explose sous le Second Empire. A partir du Second Empire, les émaux, camées dans le style de la Renaissance ou de l’Ancien Régime, ou les armoiries héraldiques décorent les plaques de la Châtelaine.

La chaîne giletière, spécifiquement réservée aux hommes pour porter leur montre gousset, se fixait à l’un des boutons de leur gilet, élément incontournable du costume urbain à partir du Second Empire.

Longueur55 cm Epaisseur 1,5 mm
Poids5,52 gr
Style - PériodeBijou classique
PoinçonPoinçon Or
MétalOr 750°/00 (18 carats)
MailleForçat
Fermoir / Bracelet / Chaîne / CollierFermoir à ressort